samedi 22 novembre 2008

Fais un bon voyage!

J'aimerais avoir une bonne pensée aujourd'hui pour un jeune homme qui vient de nous quitter après une bataille acharnée contre le foutu cancer à la con.

Victime d'un mauvais diagnostic, Sébastien Auclair ne s'est jamais remis de cette maladie qui ne lui aura donné aucune chance. Il est parti hier après midi.

Je ne veux pas faire dans le tragico ou le sensationnalisme mais je désire mettre en relief le pouvoir des mots et de cette proximité que crée le monde des blogues. Nous ne nous connaissons aucunement dans la vraie vie mais devenons parfois une tribu qui tisse souvent des liens interpersonnels très serrés avec d'autres gens de manière virtuelle. Aujourd'hui, je sens que la vie vient encore de tricher.

6 commentaires:

Magenta a dit…

C'est vraiment bouleversant cette histoire, j'aurai une pensée pour cette famille alors que je suis en train de faire mon sapin de Noël avec mes enfants... C'est pathétique... La vie est parfois injuste.

Carly a dit…

I wish I could read your language! I was just checking in to see how you and your little baby are going.

Much Love to you Karina

Carly x

Une femme libre a dit…

J'ai lu cette histoire qui fait frissonner. On en veut au docteur qui a fait un mauvais diagnostic au départ, on en veut à l'hôpital qui sait qu'il a une tumeur et qui ne le contacte pas! Et puis, il y a tout cet acharnement, l'horreur des souffrances, des bosses, de la déchéance, cette volonté de vivre, cet espoir jusqu'à la fin...

C'est très délicat de se prononcer là-dessus. On comprend la famille, on comprend ce désir de vivre quand on est jeune, quand on veut voir grandir ses enfants et en même temps.... si la mort irrémédiable avait été acceptée plus tôt, elle aurait pu être préparée, plus douce, car il est possible de bien mourir, en préparant les enfants,la famille, en se laissant aller sans souffrance, parce que les médicaments actuels la contrôlent la souffrance, si on ne prolonge pas indûment la vie. Évidemment, cet espoir de traitement miracle aux États-Unis est venu tout fausser pour finalement s'évaporer en fumée.

C'est une belle histoire malgré tout, avec beaucoup d'amour, un mariage alors que le jeune homme est mourant, une solidarité exemplaire. Merci de nous en avoir fait part!

The B a dit…

Malheureusement, je ne l'ai pas lu au complet, ça m'a trop déprimé au départ. Mais je compatis tellement avec sa famille. Effectivement, pour bien mourir, il faut l'accepter et c'est la même chose pour guérir! Accepter de mourir, n'est-ce pas terrible comme proposition?

Une femme libre a dit…

C'est certainement un sujet sensible et fort émotif. Et il n'y a pas de bon choix ou de bonne manière de réagir. La nôtre est la bonne pour nous. Mais oui, on peut accepter sereinement la mort, c'est sûr. J'ai assisté à des morts inspirantes, pleines de beauté, de paix et sans douleur, malgré la maladie. La mort fait partie de la vie et nous la connaîtrons tous. C'est un sujet que l'on évite, et pourtant, il est riche d'enseignements et plus on en parle, plus on l'apprivoise.

L'aubergiste en devoir a dit…

@ The B: Je suis désolée Benicio, je sais que pour toi ce ne doit pas être évident de lire des trucs comme ça. J'ai pensé à toi en le mettant et en même temps, je voulais parler des liens qui se créent entre bloggers, même lorsqu'on se ne connaît pas dans le 3D.

@ Femme libre: "C'est un sujet que l'on évite, et pourtant, il est riche d'enseignements et plus on en parle, plus on l'apprivoise."

Je suis tout à fait d'accord avec vous ma chère. Je l'ai très bien vécu avec le décès du capitaine. C'est hyper TABOU. Voilà pourquoi j'en parle; il est temps de crever la peur, l'ignorance. Lorsque j'en parle, certaines personnes se tortillent d'une manière si dramatique qu'il faut le voir pour le croire. Le jour que l'on brisera le silence, il sera plus aisé de vivre notre peine au grand jour et être compris en évitant de se faire juger et de se faire dire:
-tu es jeune, tu en feras un autre!
-laisse pas (ÇA) briser ta vie
-passe à autre chose...

Je laisse la parole au grand Félix:
" C'est beau la mort, c'est plein de vie dedans!"