mercredi 8 juillet 2009

Poussette Freak


Aujourd'hui, j'ai pogné les nerfs. Après des imbéciles. Après les aventures de Miss Fairy et de sa poussette c'était à mon tour de vivre l'indignation.

Depuis que mon fils est au monde, nous allons souvent, la communauté des joyeuses nouvelles maman, dîner au East Side Mario's de place Rosemère. Dernièrement, à toutes les fois où nous nous sommes présentées, il y a toujours eu des chichis avec les poussettes.

On nous demande de les laisser à l'entrée, près de l'endroit où on accroche les manteaux en hiver. Pourquoi? Parce que ça prend moins de place sûrement et que les serveuses n'ont pas à faire l'effort de changer deux ou trois chaises de place. Il y a manière de placer les poussettes afin de ne pas nuire. Il y a toujours un moyen...

Les deux dernières fois, j'ai refusé de laisser ma poussette à l'entrée. De un, il n'y avait pas tant d'âmes que ça à l'intérieur, donc on ne dérange personne et de deux, avec un bébé presque naissant qui dort, pourquoi je devrais ôter la coquille, risquer de réveiller bébé, essayer de le coincer dans un genre de chaise haute peu sécuritaire bric-à-brac, prendre le sac à couches, tutti quanti...

Je ne veux pas être paranoïaque mais au prix que vaut ma poussette, svp, en plus, je veux garder un oeil dessus. Je fais quoi moi? Je mange, le cou à 360 degrés pendant une heure, deux heures?

Aujourd'hui donc, à notre entrée, (nous sommes deux mamans) on nous demande de laisser les poussettes au vestiaire. Là, alors que je regarde la coquille à enlever, le petit à réveiller, le sac à couche à sortir (mon portefeuille se trouve à l'intérieur) ça fait tilt dans ma tête. Je ne comprends pas.

Je regarde alors la fille et je lui dis, laisse faire on va aller ailleurs. Elle lève les épaules en voulant dire qu'elle ne peut rien y faire, donc allez ailleurs! Une deuxième serveuse se pointe. J'ose espérer qu'elle va dire ben non, quand même on va s'arranger...Pas du tout, elle me dit qu'elle est désolée en levant les épaules elle aussi.

Les clients en arrière de nous, nous demande, ils vous refusent ou quoi? Je leur dis: " ils ne veulent rien savoir que l'on garde les poussettes et il n'est pas question que je me mette dans la misère pour leur faire plaisir!"

Nous quittons donc.

Copine ne semble pas trop s'en faire. J'ai le feu au cul! Qui est-ce qui en ce temps de récession préfère perdre des clients plutôt que de favoriser un arrangement, c'est-à-dire, ôter deux chaises et les placer ailleurs?

Dans la vie, soit tu tonds ton gazon, soit tu pars en safari...

Je le clame souvent, je suis conviviale, gentille, polie. Mais quand on me cherche on me trouve. Je deviens un Terminator.

Dans la vie, soit on est proie, soit on est prédateur.

L'histoire n'en demeurera pas là.

Je suis affamée!

Et pour ceux qui auront envie de me dire que j'exagère ou que ce n'est pas si grave, c'est en tolérant ici et là qu'on finit par se faire manger tout rond. C'est mon opinion et personne n'est obligé de la partager...

Leur slogan: Amène ta famille! est ciblé pour qui? Seulement les ados ou quoi?

Alors on comprendra que pour moi, le East Side, ils viennent de perdre des clients réguliers.

8 commentaires:

Catellina a dit…

C'est dont ben pas le fun ça! Moi je suis d'accord avec toi, si on se met à accepter des petites choses..... on se fera ambitionner......

Une femme libre a dit…

Il faut écrire une lettre de plainte au patron de l'endroit. S'il ne le sait même pas qu'il perd de la clientèle, il ne pourra pas rajuster son tir. Ou bien demander à lui parler au patron. Les serveuses ont peu de pouvoir et puis elles sont moins concernées par la perte de la clientèle, si le restaurant ne marche pas bien, elles changent de place tout simplement. Ne plus fréquenter les endroits anti-bébé, excellent, mais le leur dire qu'on les considère anti-bébé et les faire feeler cheap, écrivez votre aventure dans le journal du quartier. Juste à vous lire, je vais boycotter l'endroit moi aussi,par solidarité. Dénoncez, dénoncez, il en restera toujours quelque chose!

Hispong Elbayne a dit…

"c'est en tolérant ici et là qu'on finit par se faire manger tout rond."

Totalement d'accord.

On est mous au Québec, faut pas chialer, tout d'un coup que ça ferait de la grosse chicane...

L'aubergiste en devoir a dit…

@ Femme libre: J'ai effectivement écrit au siège social que l'on trouve sur le net pour leur raconter ma mésaventure. Une critique constructive sans faire dans le mélo. J'ai travaillé assez longtemps dans la restauration pour reconnaître de la mauvaise volonté.

Je leur ai dit que si c'était une politique de leur établissement, elle devrait être assouplie et que si ça n'en était pas une, une analyse du cas avec les employés devraient être envisagée. Place Rosemère pullule de nouvelles mamans car ils ont une salle d"allaitement super; ont-ils envie de perdre toute cette clientèle par rigidité?

Si mon bébé était plus vieux et entrait facilement dans une chaise haute, je n'y verrais aucun inconvénient. Mais d'ici là...

Vous avez raison, il faut toujours savoir se plaindre à la bonne personne si on veut voir un changement et faire avancer un dossier exécrable.

Je vous tiendrai au courant des développements.

L'aubergiste en devoir a dit…

@ Hispong: je l'ai déjà dit, je deviens une teigne quand je trouve une situation inacceptable ou si je trouve qu'on me manque de respect.

Vous rappelez-vous l'histoire des Postes?

Sûrement que plusieurs auraient laissé tomber en appelant ça de la fatalité. J'ai appelé cela de l'incompétence et j'ai gagné mon point.

Il faut cependant savoir quelle bataille entamer. Certaines sont courtes et ne prennent pas de temps ni d'énergie.Ceux-là sont toujours plaisantes à mener...

Oui, tu as raison, on est des mous. Si plus de gens clamaient leur indignation face à l'incompétence et la négligence, peut-être que le service à la clientèle serait un peu moins désasreux presque partout où l'on pose les pieds...

Nanou La Terre a dit…

Je n'ai plus de jeunes enfants mais, j'avoue que ce genre d'attitude de la part de restos supposément familial me déçoit au plus haut point.
J'y vais dans le même sens que vous.
Ce qui me fait de la peine aussi dans tout çà c'est le constat de l'intolérance bébé/enfant, à bien des endroits d'ailleurs. Ce n'est pas dit dans le resto en question mais çà laisse sous-entendre.Inacceptable...

J'irais aussi dans le sens de Femme-Libre...Un petit texte dans le journal local ou ailleurs. Çà brasse les cerveaux. Efficace...

Personnellement, je me suis fait aller la trappe souvent...Si on ne dit rien, on a rien..

virginie a dit…

ce vraiment poche d'agir comme ca!!

Et j,aime bien ton dicton: soit on coupe le gazon ou on pars en safari hihi

JF L'Internaute a dit…

Disons que je suis un étranger, derrière dans la ligne et que je suis témoins de l'événement. Je crois qu'à moins d'être affamé au bords de la crise, j'aurais laissé savoir aux tites dames ma façon de penser... j'aurais viré de bord aussi et pondu un joli billet que j'aurais fais parvenir au siège social...

Ce genre d'attitude, je déteste.