mercredi 28 janvier 2009

Oscar pour Mickey Rourke?




J'ai attendu quelques jours avant de me faire encore critique cinéma. Parfois, il y a de ces oeuvres qu'on désire garder au creux de ses mains et ne pas les partager. Comme si on était les fiers gardiens de l'épée du Roi Arthur.

La semaine dernière, je suis allée visionner The Wrestler/Le lutteur, dernier opus de Darren Aronofsky. Je vous avertis tout de suite, si vous croyez que ce film est un sous-produit des soirées de la WWF, de Raw ou de tout autre produit commercial de la lutte professionnelle, restez chez vous.

Randy "The Ram" Robinson a déjà eu son heure de gloire en 1980. Il a même sa cartouche de jeu Nintendo à son nom, est (était) une super vedette telle qu'Hulk Hogan peut l'être. Sauf que 20 ans plus tard, The Ram n'est plus ce qu'il était.

Il combat dans les sous-sols d'église, dans de miteux tournois de lutte où ses prestations ne lui rapportent même pas de quoi vivre décemment.

Le seul amour de sa vie, la seule chose qu'il sait faire est la lutte. Il essaie bien tant que mal de vivre autrement qu'en marge de la société: se faire une copine, se rabibocher avec sa fille qui le déteste. The Ram a un peu de la difficulté à vivre dans le vrai monde, celui qui se trouve au-dessus des rings de lutte. Il veut cependant, il essaie...



En sortant de la salle, éberluée et sonnée comme si je venais moi-même de faire de la lutte extrême, j'entends ces deux petites dames qui commentent le film:

-Ouain, ben c'est décevant! Ils en parlaient partout comme d'un excellent film.
-Comme quoi, des fois faut pas se fier à ce qu'ils disent..
(C'est qui ça "ils"?)

-On dirait qu'ils ont manqué de budget.
-C'était pas un beau film comme les autres, l'image manquait de finition.

Et elles quittent en continuant leur vision de la chose. 


Pauvres tites madames! Elles n'ont tellement rien compris. Rien! Du tout! Que dalle! Niet!

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l'univers de Aronofsky, je peux vous confirmer que ce jeune réalisateur est un des plus talentueux présentement. Il ne laisse rien au hasard: tout est pensé, léché dans les détails. Parfois, le cinéma, c'est comme dans la vraie vie.

Chacun a droit à son opinion. Sauf que je suis un peu déçue lorsqu'une personne ne peut franchir le premier degré et réfléchir un tantinet. À quoi ça sert alors d'avoir des neurones? Des synapses?

The Wrestler n'est pas une bombe d'effets spéciaux où tout s'embrigue pour en mettre plein la vue. Ce n'est pas Walt Disney. Pas de fils blancs. Juste la vraie vie. La réalité.

Ce n'est pas pour tout le monde mais pour ceux qui aiment sortir des champs prédictibles et conformismes, vous allez passer un excellent moment. Et lorsque vous entendrez cette magnifique chanson de Springsteen, vous vous remémorerez pour un bon bout de temps que dans la vraie vie, les héros ne volent pas dans les airs, ne sauvent pas des vies et sont souvent les pires losers authentiques qui soient...


P.S. Si vous êtes allés, svp sites-moi ce que vous en pensez!

6 commentaires:

Yano a dit…

T'es une véritable bible de cinéma, toi!

L'aubergiste en devoir a dit…

Bah disons que j'ai quelques passions que je commence tranquillement pas vite à partager sur mon blogue: la bande dessinée, la littérature, le cinéma...et le vin!

Comme je ne peux en boire présentement, je fais comme si ça n'existait pas. C'est moins dur sur le moral...

Pour toutes mes passions, je suis junkie. La vie n'en est que plus belle.

Koala a dit…

J'aimerais tellement aller le voir , mais depuis bebe je n'ai pas une minute a moi. Je regrette un peu de ne pas avoir fait comme toi enceinte profiter plus de ce temp possible d'aller voir un bon film. Bien ton commentaire et tres logiquement commenter, j'aurais voulu t'en dire plus sur le sujet desolee peut-etre j'aurais l'occasion de le voir en video ce qui ne doit pas etre pareille . Une soiree cinema me manque mais mon petit a ete tres malade dernierement et si je m'absente en ce moment ce n'est pas l'ideal. Rien avoir avec le fait que son pere est excellent mais que maman est d'en besoin en ce moment dans sa vie ... Profite de ce beau temp qu'il te reste et j'adore ta belle bedaine . Hey! l'aubergiste j'aimerais t'envoyer 3 jolies petite bavettes fait maison a toi aussi si cela te fait plaisirs. Laisse ton adresse maison a mon gmail :koala.rayonnante@gail.com ne t'en fait pas je vais te les envoyers par la poste je respecte l'intimitee des gens. Sa ete un honneur de te suivre pendant ta grocesse. Koala

Mazsellan a dit…

Je ne l'ai pas vu encore mais ça me semble, selon ta description, basé sur la vie de Jake "the snake" Robert qui avait le même profil et qui était en trouble aussi avec sa fille et qui ne gagnait plus sa vie que dans des tournois de sous-sol d'église.

Il y a un documentaire fait sur lui justement, dont je ne me souviens pas du titre mais sur imdb, ça se trouverait facilement.

Merci

Anonyme a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Et moi aussi j'ai entendu l'autre couple dans la salle avec nous (!) nommer sa déception. Je peux comprendre car ce film est tout sauf holliwoodien. Mais il hante une fois qu'on l'a vu. Un film rempli de tristesse, mais aussi, de tendresse. Un peu pathétique aussi surtout si on écoute ce film en ayant en tête la vie de Mickey Rourke... J'ai adoré !
Mélanie

Lapsus a dit…

Trop bon. J'espère que Rourke et Tomei vont remporter des Oscars!