dimanche 9 mars 2008

Dans les cercles inférieurs de l'enfer de Dante

Voici ce que, après quatre mois, mon disque dur retient de mon hospitalisation à l'Hôpital général Juif!

1) les petits pois servis avec les repas ne viennent pas de notre planète.

2) pourquoi mettre le papier de toilette sur le mur à un mètre de la toilette ce qui fait que lorsque tu as eu une césarienne et ne peux presque pas bouger, tu dois te faire donner un coin de papier et le dérouler à la vie à la mort comme le ferait un petit chat. Malheur à toi si tu lâches ton coin de papier!!!

3) il n'y a jamais d'eau chaude lorsque c'est enfin LA JOURNÉE de la douche.

4) les infirmières ne font aucun suivi entre elles; je me suis faite demander avec un grand sourire: comment il va le petit baby? Il va tellement bien qu'on va être obligés de le débrancher, merci beaucoup!

5) J'ai vécu ce que doit vivre chaque saucisse Hygrade emballée individuellement: pesée, vérification de fraîcheur et date d'expiration. Ne me manquait que le code barre tatoué sur le poignet. Le personnel ne te considère plus comme une personne mais comme un article dans la chaîne de montage.

Ce serait cependant de la mauvaise foi de ma part de tous les mettre dans le même bateau. Il y a de rares personnes qui ont démontré un sens plus large de l'empathie mais elles étaient tellement dispersées que lorsqu'on regarde le produit fini, elles ne comblent pas les lacunes. Sauf que si elles n'étaient pas là, ma liste s'allongerait probablement indéfiniment! C'est par respect pour elles, que je vais faire plus court!

J'ai bien aimé quand, après mon arrêt respiratoire et ma grande difficulté à respirer, on se soit trompé dans l'administration de ma médication, ce qui a provoqué des broncho-spasmes et une méga difficulté à respirer encore plus et que lorsque je me suis plainte, on m'ait dit; ben non ben non, tu fais une crise d'angoisse! C'est certain que j'angoisse épaisse, je ne suis plus capable de tirer mon air! As-tu déjà essayé de respirer avec deux pailles dans le nez? Ce doit être la même sensation.

J'ai aussi aimé quand la travailleuse sociale, suite au décès de mon fils m'a dit: "tu sais, on aime pas ça perdre des patients, on a des statistiques ici. On espère les garder en vie."

Pourquoi, pour hausser tes stats ou pour avoir de meilleures subventions permettant l'achat de petits pois de meilleure qualité?

Mon constat général est qu'ils oublient malheureusement qu'ils ont affaire à des gens en chair et en os. Tout doit devenir de la routine pour eux, problèmes ou pas. Ils ne communiquent pas, nous prennent pour des demeurés incapables de saisir et de traiter l'information. Seul les gens des soins néonataux ont expliqué et réexpliqué encore en nous considérant pour ce que nous sommes; des êtres dotés de deux hémisphères cérébraux qui peuvent décortiquer et analyser les données mieux que les ordinateurs.

C'est pourquoi, lors d'une prochaine hospitalisation, je demande un incubateur comme résidence, même si pour cela, je devrai me contorsionner tel un acrobate du cirque du soleil pour y entrer. Au moins, je suis certaine, que là-bas, je ne manquerai de rien!

2 commentaires:

Marieve a dit…

Allô Karina!

Bon, je trouve ça un peu poche que ce message soit le premier que je laisse sur ton blogue (dont j'adore l'originalité du titre en passant), mais voilà quand même:

Je te tague! hahaha! Viens voir mon site pour plus de détails...

lilijeanne.blogspot.com

Marie-Eve

Sissa a dit…

My god... toute qu'un hopital... c pas fort la médecine... on est mieux traiter chez le vétérinaire...

Je commence tout juste à lire ton blog... et je n'ai pas encore regarder la date de tes articles donc je suis probablement très en retard, mais je voulais te dire que je suis désolée pour ton bb... ca doit etre tellement dure a vivre... mais vous avez l'air fort ton conjoint et toi, donc vous passer au travers quand même... je vous lève mon chapeau !