jeudi 18 juin 2009

Minceur


Dans une autre vie, affectée à d'autres occupations,, je voyais toutes sortes de choses à tous les jours.

Un Photo-Police en téléréalité "live" quotidiennement.

J'aimais bien ce boulot et je le détestais en même temps.

Je détestais voir ces humains qui avaient mis le pied sur un caillou et qui s'étaient cassé la cheville au lieu de juste avoir de la chance de ne pas avoir fait de faux-pas.

Il y avait deux clientèles. Je voyais des monsieurs-madames-tout-le-monde qui du jour au lendemain s'étaient mis eux-mêmes dans le pétrin.

Cet homme qui amoureux fou d'une danseuse à gogo...Menace...Sursis. Emprisonné dans sa maison sans barreaux.

Cette grande folle hystérique gai qui s'était amouraché d'un gars d'un milieu criminel... Juste une fois. Trafic de stup. Lui aussi, en sursis, dans son cocron sans barreaux avec son minuscule caniche.

Cette femme qui...homicide involontaire. Sursis.

Cette grand-mère qui avait gagné le gros lot au casino et qui croyait avoir trouvé une nouvelle source de revenus, veillant son mari qui se mourrait d'un cancer à la maison et ne pouvait plus travailler. On ne gagne pas toujours au casino. Fraude. Sursis.

Et il y avait tous ces petits ou grands délinquants qui avaient toujours toutes les bonnes raisons les ayant poussés à faire de la criminalité leur mode de vie. Aucune introspection. Aucun remords. Ils étaient là à braire que c'était leur dernière fois, qu'ils avaient compris, qu'ils ne recommenceraient pas. Pffff! Utopie. Six mois plus tard, ils étaient de retour.


Et il y avait les autres; ceux qui franchissaient la ligne pour la première fois. Ceux qui s'étaient mis dans le pétrin. Une seule fois dans leur vie.

Et lorsque je regardais leurs yeux, parfois j'avais froid dans le dos. Car la ligne est bien mince. Parfois, leurs regards apeurés, inquiets, rougissants de honte; ces regards de gens simples qui n'avaient juste pas trop pris le temps de réfléchir, ils pourraient être un jour le mien, le vôtre, le nôtre...

4 commentaires:

Nanou La Terre a dit…

Alors, en vous lisant, je me demande de quel côté de la clientèle se retrouverait mon fils Fafouin...

Jean-François a dit…

La vie est pleine de rebondissement. Pleine d'erreurs de jugement. Pleine de gens malchanceux.

Et si la vie donne parfois la chance de se rattraper à la première offense, elle pardonne rarement à la deuxième...

La maman d'amour koala et son fils a dit…

Quoi à rajouter de plus que les pensées de Jean-francois je vais dans le même sens que lui mais je dois ajouter que ton fils est très beau dans sa petite chaise j'adore ces couleurs et il écrira aussi bien que sa maman et surement sans fautes parceque tu saura comment lui enseigner le tout écrit la ou d'autres ne peuvent aussi bien le faire et même le comprendre. bonne journée à toi et bisou au petit amour de moi koala.

Anonyme a dit…

VIOLENCES+VOL :
Ceci est une tentative de gros scandale public parce que ça calme pas mal les gros connards en attendant de trouver enfin un avocat qui réglera ce problème de non respect de mes droits les plus élémentaires et je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables : je suis donc en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat pour mises sous surveillance illégales, lynchage numérique inspiré de bonnes vieilles méthodes qui ne déplairaient pas au ku klux klan, lynchage qui n'a mobilisé personne sur le web ou dans la presse et plagiat, par une grosse pouffe, vulgaire et ridicule et qui passe à la télé, de mes petits textes web.

Quant a sarkozy, s'il n'aime pas le web, et s'il n'aime pas la rue qui sait, la preuve, très bien se défendre, qu'il la quitte !